Petites vacances

Je n’ai pas réussi à me cloner alors la Plume fait relâche pendant que je prépare mon intervention à la retraite de Thèsez-vous? cette fin de semaine. J’espère que ce sera une bonne occasion de mieux comprendre les besoins des étudiants aux prises avec leurs premiers écrits scientifiques!

Advertisements

Résultats: quoi rapporter, quoi exclure?

En rédigeant un article scientifique, nous devons décider quoi y mettre, ce qui est une manière de dire qu’il faut juger quoi y omettre. Dans l’intro, impossible de résumer toute la littérature de votre discipline; dans la section Méthode, vous seriez mal avisé de rapporter le moindre petit détail de la configuration du labo ou du verbatim de recrutement des participants. Le même problème se pose dans la section Résultats: il y a plein de petits détails que vous devez omettre pour éviter de confondre le lecteur et vous concentrer sur la réponse aux questions de recherche. Toutefois, la décision est plus délicate et plus lourde de conséquences dans les Résultats.

Continuer la lecture de « Résultats: quoi rapporter, quoi exclure? »

À méditer: pour devenir un leader

When I needed examples of good writing, I could usually go to the leaders in various fields—most write exceptionally well. […] These men and women not only think more deeply and creatively than most of us, they also are able to communicate their thinking in ways that made it easy to assimilate. That is how they became leaders.

Joshua Schimel, Writing Science

Un autre auteur que j’aime bien citer, Paul Silvia, nous encourage à publier dans l’objectif d’influencer notre discipline. Tout le monde ne peut pas devenir un leader, mais faire des efforts délibérés et soutenus pour améliorer la communication des idées bénéficie à tous les chercheurs, lecteurs et auteurs.

Résultats: doit-on expliquer les analyses?

On vous a probablement déjà mis en garde de ne pas mettre trop de texte dans la section Résultats. Beaucoup d’étudiants prennent ce conseil trop à cœur et transforment cette pauvre section incomprise en avalanche de résultats d’analyses incompréhensibles pour quiconque n’est pas leur auteur.

Je me répète, mais c’est important: le secret de la section Résultats est de se servir des questions de recherche pour la structurer et non des analyses. Une manière infaillible de rapporter les résultats de vos analyses va comme suit:

Continuer la lecture de « Résultats: doit-on expliquer les analyses? »

À méditer: jouer en travaillant

Playing with work gives us a certain lightness and flexibility when generating new ideas and also helps motivate us to continue to work long hours without becoming too stressed or depleted.

Caroline Gregoire et Scott Barry Kaufman, Wired to create: unraveling the mysteries of the creative mind

 Ces jours-ci, dès que j’ai une minute, je réfléchis à la manière de stimuler la créativité et de ramener le plaisir dans l’écriture scientifique. Cet extrait est une introduction à un billet à moi qui paraîtra bientôt sur le blogue de Thésez-vous?

Résultats: Les analyses descriptives

S’il y a une section qui brise le rythme de la narration de l’article, c’est bien l’inévitable section des analyses descriptives. À quoi sert-elle au fait? Curieusement, les analyses descriptives apparaissent tellement comme une évidence que personne ne répond vraiment à cette question dans mes nombreux livres de référence sur l’écriture scientifique. Je crois que la principale fonction des analyses descriptives est de montrer que nous avons de quoi nourrir les analyses qui suivent. Souvent, cela signifie qu’il faut montrer qu’il y a de la variance à analyser; si votre objectif est de montrer que la taille des haricots varie en fonction du nombre de vers de terre au mètre carré et que tous vos haricots ont la même taille à l’intérieur d’un centimètre autour de la moyenne, c’est mal parti (oui, c’est le mois de mars tristounet de Québec et je m’ennuie de mon potager).

Je dirais donc qu’un bon point de départ pour décider quoi rapporter dans la section des analyses descriptives, c’est la volonté de permettre au lecteur:

Continuer la lecture de « Résultats: Les analyses descriptives »

Parution de mon livre

Je suis très heureuse de vous annoncer la parution de mon livre «Écrire un article scientifique en anglais: guide de rédaction dans la langue de Darwin». Il devrait arriver dans les librairies universitaires francophones du Québec sous peu, la semaine prochaine j’espère!

La Plume scientifique servira de site compagnon au livre. Je ferai à l’occasion des billets sur des problèmes d’anglais scientifiques et je me ferai un plaisir de répondre aux questions.

En espérant qu’il vous sera utile!

À méditer: truc pour couper des mots

I believe the road to hell is paved with adverbs, and I will shout it from the rooftops.

Stephen King, On Writing

En effet, tout plein d’adverbes inutiles envahissent les articles scientifiques. Vous avez quelques mots de trop à couper pour respecter la limite imposée par la revue à laquelle vous voulez soumettre votre article? Faites la chasse aux adverbes. La majorité ne servent à rien.

En passant, oui, c’est LE Stephen King, ce qui prouve que l’horreur et les articles scientifiques ont une chose en commun. Plus qu’une peut-être…