Discussion: quand tout a mal tourné

Parfois, vous avez fait un excellent travail de recherche mais les résultats ne sont pas au rendez-vous; ils sont peu concluants, pas significatifs ou encore très différents de ce qui était attendu. Si vous ressentez de la déception, c’est compréhensible: après tout le travail accompli, vous avez l’impression de ne rien avoir à montrer et vous savez que les résultats non concluants sont plus difficiles à publier. Adieu la revue à facteur d’impact élevé… Et si vos résultats vont vraiment à l’encontre des théories et méthodes établies, vous devrez vous lever de bonne heure pour les justifier.

Il faut tout de même considérer que l’effet «fond de tiroir» — la tendance à ne même pas tenter de publier des résultats non-significatifs — est de plus en plus décrié. Voyez les choses du bon côté: votre étude n’a pas fonctionné comme vous l’espériez, mais la publier pourrait éviter à un autre chercheur de se cogner le nez sur le même mur. Alors ravalez votre déception et faite profiter votre discipline de recherche de votre expérience.

La première chose à faire devant des résultats non-significatifs est d’adopter la bonne attitude, c’est à dire honnêteté et transparence absolue (vous croyiez que j’allais dire pratiquer la pensée positive? Non… vous avez le droit de râler en ce qui me concerne). Pas de sélection de sujets injustifiée, pas de balayage sous le tapis, pas d’interprétation rose bonbon. C’est certainement l’attitude de la vaste majorité des chercheurs mais comme Retraction Watch montre tous les jours que la tentation de montrer ses travaux sous un jour plus glorieux existe bel et bien, mieux vaut le rappeler.

Maintenant, comment discuter des résultats peu concluants? En fait, on les discute comme n’importe quels résultats, en établissant des liens avec la littérature existante. Cherchez d’abord si d’autres personnes travaillant sur le même sujet ont rapporté des résultats peu concluants ou contradictoires. Vous y trouverez peut-être une explication plausible des vôtres. Ensuite, regardez du côté des différences méthodologiques entre votre étude et celles sur lesquelles vous vous étiez appuyé pour formuler vos questions de recherche; il y a de fortes chance qu’une partie de l’explication de vos résultats s’y trouve. Finalement, cherchez du côté des différences d’approches théoriques si cela vous semble pertinent. Attention toutefois de garder la spéculation à un niveau raisonnable. Notez que lorsque vous avez des résultats inattendus ou non concluants, il s’agit d’un des rares cas où vous pouvez citer en discussion des pans de littérature scientifique que vous n’aviez pas présentés en intro. Vous pouvez avoir besoin d’un angle nouveau pour éclairer votre problème.

Finalement, assurez-vous de bien distinguer les résultats non concluants d’une étude scientifique bien conduite des effets des faiblesses et limites d’une étude. Celles-ci seront au menu de la semaine prochaine sur la Plume scientifique.

Sources pour ce billet:

Silvia, P. J., (2015). Write it up! Practical Strategies for Writing and Publishing Journal Articles. Washington DC: American Psychological Association.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s