Finir en force

À moins d’avoir la chance inouïe d’avoir un travail scientifique impeccable à rapporter, vous avez sûrement abordé des faiblesses et des limites dans votre section Discussion. C’est nécessaire et important, mais ne finissez pas votre article là-dessus! La fin de l’histoire est un moment fort, il faut en profiter pour imprimer votre message dans l’esprit du lecteur.

En ce qui me concerne, j’aime lire la fin de l’article tout de suite après avoir lu le résumé. Ce n’est pas un thriller après tout, et je trouve plus facile de suivre le raisonnement de l’article en sachant à quoi il aboutit. Certaines revues exigent une sous-section pour la conclusion mais même si ce n’est pas le cas, les dernières phrases devraient résumer vos questions, les réponses aux questions et leurs implications, sans exagération mais sans excès de modestie. Un conseil: aucun chiffre ne devrait se trouver dans la conclusion, seulement des idées et les liens qui leur donnent du sens. Une bonne conclusion montre au lecteur l’importance de l’étude décrite. En fin de compte, ce n’est pas chaque statistique de test que vous voulez que le lecteur retienne que voulez-vous qu’il retienne? Prenez le temps d’y penser, énoncer le take-home message demande de prendre du recul.

Je ne peux pas le prouver, mais il y a fort à parier que si votre message final est limpide et donc facile à retenir, le lecteur saura comment replacer cette pièce particulière dans le grand casse-tête de ses lectures scientifiques. Et bien sûr, vos chances de voir l’article cité devraient s’en trouver augmentées.

Je vous laisse sur une des conclusions les plus mémorables de l’histoire de la science, celle de l’article de Watson et Crick qui a décrit pour la première fois la structure de l’ADN. Cette simple phrase a annoncé la naissance d’une discipline, rien de moins.

It has not escaped our notice that the specific pairing we have postulated immediately suggests a possible copying mechanism for the genetic material.

Sources pour ce billet:

Schimel, J. (2012). Writing Science: How to Write Papers That Get Cited and Proposals That Get Funded. Oxford, UK: Oxford University Press.

Watson, J.D. & Crick, F.H.C (1953). A Structure for Deoxyribose Nucleic Acid. Nature, 171, 737-738.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s