Appel à tous

Il y a bien des sujets dont j’aimerais discuter sur ce blogue pour lesquels je n’ai pas l’expertise nécessaire. J’ai trois thèmes en tête:

  1. Les particularités de l’écriture d’articles basés sur des méthodes qualitatives
  2. Les particularités de l’écriture d’articles basés sur des méthodes expérimentales
  3. La motivation à écrire

Si vous avez envie de partager votre expérience dans l’un ou l’autre de ces thèmes, ou si vous pensez à un autre thème qui devrait se retrouver sur La Plume scientifique, je serais heureuse d’offrir une tribune à des bloggueuses et bloggeurs invités. Passez le mot!

Advertisements

L’arc narratif de la méthode

Je ne suis pas du tout convaincue que commencer l’écriture d’un article par la section Méthode est une bonne idée, peu importe à quel point la pratique est répandue. Dans l’arc narratif global de l’article, la section méthode fait partie de l’action. Elle doit toutefois suivre son propre arc narratif imbriqué dans la structure de l’article, soit suivre une structure ouverture-action-résolution comme l’a décrit mon nouvel auteur fétiche, Joshua Schimel (2012).

Continuer la lecture de « L’arc narratif de la méthode »

Conférence à l’université Laval

Merci aux étudiantes et étudiants du CRI-VIFF et du JEFAR à l’université Laval de m’avoir invitée à donner une conférence dans le cadre de la Semaine de la relève étudiante. Ce fut une belle expérience!
2016-09-20-11-54-43_edited

Structurer les sections de l’introduction

Selon les revues et les disciplines, la longueur de l’introduction d’un article scientifique peut varier entre une et vingt pages, plus encore pour l’intro d’une thèse. Elle n’en sera pas moins toujours découpée en sous-sections, que celles-ci soient simplement séparées par des alinéas ou qu’elles soient longues de plusieurs paragraphes et précédées de sous-titres. L’important, c’est que chaque sous-section contribue un argument au raisonnement que vous présentez, ou si vous préférez un épisode à l’histoire que l’article raconte. Il ne suffit donc pas d’énumérer ce que vous savez sur un sujet, il faut l’encadrer dans un arc narratif.

Continuer la lecture de « Structurer les sections de l’introduction »

L’arc narratif de l’introduction

Si vous n’avez reçu qu’un seul conseil sur la manière de structurer l’introduction d’un écrit scientifique, c’est sans doute celui d’aller du général vers le particulier. La structure en entonnoir est efficace, nul doute, mais pas suffisante. Quel général, vers quel particulier? Tout dépend de l’histoire que vous allez raconter à partir de vos données. Mais pour construire une histoire cohérente basée sur une argumentation serrée, vous avez besoin d’une structure plus élaborée qu’un entonnoir.

Continuer la lecture de « L’arc narratif de l’introduction »

L’histoire de l’article et ses multiples arcs narratifs

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la section Méthode commence toujours avec le contexte du déroulement de l’étude, suivi de la description des procédures de collecte de données, suivie de la description des données, pour enfin aboutir à la manière d’analyser les données? Pourquoi ne pas commencer par les analyses? Ce serait incohérent me diriez-vous. Et pourquoi ça, vous demanderais-je sur mon ton le plus fatigant ? Parce que même la section Méthode raconte une histoire avec un début, un déroulement et une fin.

Continuer la lecture de « L’histoire de l’article et ses multiples arcs narratifs »