Du bon usage des images dans les écrits scientifiques

Nous utilisons plus d’image que nous ne le croyons dans nos écrits scientifiques. Bien sûr, certaines catégories d’images, comme les métaphores, sont avec raison presqu’entièrement bannies. Si je réfère à la tempête de neige/vent/pluie/grésil qui afflige le Québec tandis que j’écris ce billet comme à «la colère du ciel», j’utilise une métaphore (et un cliché, mais c’est une autre histoire). Une bonne métaphore enrichit un texte littéraire mais n’apporte ni rigueur ni précision à un article scientifique. Toutefois, vous utilisez sûrement sans y penser une autre catégorie d’image, la métonymie. Ce serait une bonne idée de commencer à y prêter attention.

Avez-vous déjà écrit quelque chose comme «cet article montre que A est associé à B». Est-ce qu’un article a un doigt pour pointer vers l’association? Ce n’est pas l’article qui montre mais les auteurs, par le biais de l’article. On utilise «article» pour remplacer «auteurs». Cette image est parfaitement acceptable parce que a) nous ne sommes pas idiots; b) le texte s’en trouve allégé et c) l’identité des auteurs n’a pas d’importance.

La banque de dépannage linguistique de l’Office de la langue française du Québec définit une métonymie comme «un changement de désignation: on désigne une réalité par un nom qui se réfère à une autre réalité». Autrement dit, on désigne les auteurs, leurs idées et leurs contributions à la science par «article», «livre» ou même par le nom d’une théorie. Si j’écris «le Darwinisme prédit que…» pensez à la complexité du processus que recouvre un simple mot, et imaginez la phrase pénible qui résulterait si nous voulions à tout prix éviter d’attribuer une action à une idée abstraite.

Donc, par de problème avec les métonymies? Pas si vite. Le manuel de l’APA nous rappelle que des tableaux peuvent montrer, mais pas comparer. De même, un article ne peut étudier ou analyser un phénomène, encore moins se pencher dessus. Bref, si vous construisez une phrase de telle manière qu’une idée abstraite est le sujet du verbe, mieux vaut vous en tenir à des actions passives comme montrer, suggérer, proposer. Si l’image clarifie et allège la phrase, le lecteur ne la remarquera même pas. Si au contraire elle distrait le lecteur à imaginer un article avec des pattes et une voix, il faudrait penser à reformuler.

Sources pour ce billet:

Silvia, P. J., (2015). Write it up! Practical Strategies for Writing and Publishing Journal Articles. Washington DC: American Psychological Association.

Publication Manual of the American Psychological Association, 6th ed., p. 69.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s