Réviser un article scientifique: voyez-vous vos erreurs ?

Dans mon dernier billet, je vous incitais à trouver un partenaire pour la révision de vos écrits scientifiques. Laissez-moi ajouter une nuance: n’infligez pas à votre partenaire votre premier brouillon sans l’avoir d’abord révisé de votre mieux ! Les premiers jets des meilleurs écrivains horrifieraient leurs admirateurs, alors que dire des brouillons produits par de simples mortels comme vous et moi ? Par respect pour votre partenaire, prenez le temps de faire le ménage de votre article avant de le lui envoyer. Et vous ne songeriez même pas à envoyer ce premier jet à votre superviseur sans l’avoir relu n’est-ce pas ?

Le problème, c’est que vous essayez de vous relire et que vos yeux glissent sur l’écran sans parvenir à décrypter un mot de ce fichu manuscrit. Il y manque des mots et vous les lisez tout de même; vous laissez passer une erreur concernant une règle de grammaire que vous connaissez depuis votre première année d’école; ne parlons même pas de juger de la cohérence d’un paragraphe. Comment réactiver votre cerveau ? Je connais deux stratégies.

La première, c’est de laisser passer du temps. Prévoir du temps pour réviser est une composante essentielle de votre plan d’écriture et ce budget de temps devrait inclure une période de repos de quelques jours (au moins! Si vous pouvez partir en vacances, c’est l’idéal!) entre le point final du premier jet et le début de la révision. Vous ne vous souviendrez plus par cœur de vos phrases et pourrez les examiner avec un œil neuf.

La seconde stratégie, si le temps manque pour exécuter la première, consiste à changer l’environnement d’écriture. Par exemple, lorsque j’écris des billets pour ce blogue, je change deux fois de support. Pour un texte aussi court, je planifie et compose la première version en même temps. Le stylo me permet des flèches et des ratures qui donnent une fluidité au processus inatteignable au clavier. Pour un texte long, comme un article scientifique ou mon livre, je n’écris que le plan de cette manière. Ensuite, je tape une première version dans le logiciel d’écriture Scrivener. Ce dernier dispose de fonctions de classement des thèmes du blogue bien pratiques. Je l’ai également utilisé pour organiser les différentes parties du manuscrit de mon livre (et non, je ne suis pas payée par la compagnie. Quoi, vous pensiez que je gagnais de l’argent avec ce blogue ?). Passer du bloc-notes à l’écran aboutit déjà à une écriture bien plus soignée. Toutefois, avant de publier mes billets ou d’envoyer un chapitre à mes partenaires de révision, je change encore d’environnement d’écriture en collant le texte dans Word. Je profite ainsi d’un correcteur automatique bien meilleur que celui de Scrivener, mais surtout, la magie opère: une grande partie des coquilles, des choix de mot douteux et des incohérences qui m’avaient jusqu’alors glissé sous le nez me sautent aux yeux. Essayez, vous verrez.

Je ne sais pas exactement pourquoi changer d’environnement d’écriture nous rend soudain plus attentifs à nos erreurs. Je soupçonne que cela relève du même phénomène qui reprogramme notre attention lorsque nous passons d’une pièce à l’autre, au point de nous faire oublier la raison première du déplacement. Peu importe. Idéalement, attendez quelques jours avant de commencer votre révision. Si le temps manque, essayez de transférer votre texte dans un nouvel environnement. Vous trouverez facilement des logiciels d’écriture gratuits sur le Web pour vous aider.

Dans les prochains billets, je vous communiquerai les trucs que je connais pour réviser efficacement, tant pour votre révision personnelle que pour celle des manuscrits de vos partenaires de révision.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s